Ces derniers temps, le gouverment de François Fillon a trop souvent pensé que l’AFP était un ministère de l’information et de la communication, voire de la propagande d’Etat. Or les journalistes de l’AFP sont naturellement attachés à leur indépendance, et ne comptent pas se laisser dicter les dépêches par les ministres ou leurs conseillers.

Face à la montée de l’immixtion du gouvernement dans la politique éditoriale de l’Agence France Presse, l’intersyndicale de l’AFP appelle le personnel de l’agence à une assemblée générale mercredi 21 mai à 14 h.

Selon une dépêche AFP diffusée lundi 19 mai, l’intersyndicale appelle « les personnels des autres médias, et plus largement, tous les citoyens attachés à la liberté de la presse à participer » à un rassemblement, ce même mercredi 21 à 15h00 devant le siège parisien de l’agence, place de la Bourse pour protester contre « les attaques répétées contre l’AFP émanant de hauts responsables politiques français » avec un mot d’ordre : « AFP menacée, presse baillonnée, libertés en danger. »